We are currently not shipping to your location. Please choose your region: USA OTHERS

Author:Arnaud.O from pausehardware
2021-12-01

Test du boîtier InWin AIRFORCE

Website: https://pausehardware.com/test-du-boitier-inwin-air-force/

Après trois divorces et cinquante ans de vie commune (en tout), tata Suzanne disait : “La routine, c’est la mort ! Changes donc tes habitudes, ça ira mieux”. Comme elle avait raison tata Suzanne ! Et aujourd’hui, justement, grâce à InWin, nous allons bousculer nos habitudes en présentant leur nouveau boîtier, le Air Force.

Habituellement, à la réception d’un produit, on le déballe, on le shoote sous toutes les coutures et ensuite on le teste après avoir monté la configuration. C’est le protocole, c’est ainsi à chaque fois.

Pour ce nouveau boîtier, et pour casser la routine, InWin a rajouté une étape particulièrement originale et divertissante, l’assemblage. Eh oui, ce boîtier arrive en kit tels les meubles d’un célèbre marchand suédois. Rien n’est assemblé, il va falloir s’armer de notre fidèle cruciforme et unir les pièces ensemble.

Après le ludique InWin 309GE, voici donc le surprenant Air Force affiché au tarif de 199 euros sur le site de InWin.

Emballage et contenu Déballage

Les pièces du boîtier arrivent dans un carton assez conséquent. Il est affublé de nombreux dessins en forme de “U” assemblés (ou pas) les uns aux autres. Cette face de carton comporte également le nom et le logo de la marque. Un morceau d’étiquette apparaît. Il montre un grand trait rouge formant un angle.

Un des premiers côtés du carton nous amène quelques premières caractéristiques. Selon InWin, le Air Force sera un mélange de robustesse et d’esthétisme, son assemblage est facile, il est spacieux, il pourra accueillir de nombreuses solutions de refroidissement et comporte des filtres anti poussière. Tout ça promet de bons moments !
Nous apercevons également un dessin du boîtier et les logos habituels liés au transport et au stockage.

De l’autre côté, InWin nous donne les spécifications complètes. Nous ne détaillerons pas tout ici. Nous retenons juste que c’est un boîtier moyen tour, mesurant 537 x 270 x 528 mm (un grand moyen tour donc), qu’il est fait de plastique (ABS), d’acier (SECC) et de verre trempé. InWin détaille également la compatibilité matérielle complète.
Nous avons une étiquette reprenant d’autres détails notamment la couleur (blanche dans notre cas) et le poids (6,96 kilos, ce qui est plutôt léger pour un boîtier de cette taille). Les codes barres et autres numéros de série habituels sont là aussi.

Les deux autres petits côtés n’amènent aucune information essentielle. Nous avons l’autre partie de l’étiquette qui porte le nom du boîtier ainsi que la suite du dessin représentant un “U” bicolore bleu et rouge.

Et on déballe ! Nous savions que le InWin Air Force était un boîtier à assembler, le niveau de curiosité est donc à son paroxysme !
Et …. nous tombons sur un grand carton qui recouvre le tout. Allez, encore un effort ! Il est suivi de plusieurs étages (cinq en tout) comprenant les différentes pièces du grand puzzle. Nous les détaillons juste après. Le premier contact avec ce boîtier est juste très inhabituel. Il donne l’impression d’une découverte totale et aiguise encore plus la curiosité.

Premier plateau

Le premier plateau est le plus riche. En effet, il comprend l’ensemble des petites pièces qui vont venir se greffer sur le plateau de la carte mère. Le tout est soigneusement emballé, soit recouvert de carton, soit emballé dans des sachets plastiques, soit les deux. Il n’y a pas d’ordre spécifique pour le déballage. Nous présenterons les pièces au fur et à mesure du déballage réel.

Les premières pièces à tomber entre nos mains sont les ventilateurs et InWin a été généreux, car se sont quatre Luna AL120 que nous avions présentés en juin cette année.

Voici leurs caractéristiques. PWM et ARGB, ils tournent entre 400 à 1800 RPM (+/- 10%). Ils assurent un débit d’air de 82,96 CFM et ont une pression statique de 2.31 mm / H2O. Les nuisances sonores sont évaluées à 25 dB(A). Ce sont des 120 mm. Le pack de trois ventilateurs est accompagné d’un hub à brancher en Sata à l’alimentation.

Nous avons ensuite (et c’est aussi inhabituel d’avoir une telle pièce entre les mains) le panneau des E/S du boîtier. Il comprend :

  • Un port USB-C,
  • Une prise audio et une prise micro,
  • Deux USB 3.0,
  • Deux voyants témoins de fonctionnement du système,
  • Un bouton Power

Viennent ensuite les pieds du boîtier. Ils seront à clipser sur le InWin AIr Force. Ils sont pourvus de patins ronds anti dérapant. Et une fois la bête assemblée, ces patins sont très efficaces !

Ensuite, InWIn fournit un ensemble conséquent de vis pour le montage du boîtier. Nous avons également 10 serre-câbles en plastique, huit équerres PCIe et l’habituel et inesthétique support de carte graphique.

Dans un carton, bien emballés dans des sachets en plastique, nous avons ce qui semble être deux supports à disques durs de couleur bleue en ABS. Il semble donc que ce InWIn Air Force va se décliner en trois couleurs : bleu, blanc et rouge. Notre patriotique tata Suzanne en serait fière ! Sachez tout de même qu’il est prévu une version noire pour un design plus sobre.

Une fois les plus petits accessoires déballés, nous découvrons des pièces plus conséquentes qui vont constituer la structure du InWin Air Force. Nous avons donc dans un premier temps l’arrière du boîtier de couleur blanche. Il est en acier.

Nous avons également trois pièces quasi-similaires. Elles se distinguent par l’ajout de deux filtres dont un a un support de couleur jaune (bleu, blanc, rouge et jaune. Tata Suzanne aime aussi la mixité !). Ces filtres sont en plastique souple et collés aux pièces. Nous supposons donc, étant donné la présence de ces filtres, que nous avons à faire aux autres parois (supérieure, inférieure et façade) du boîtier.

Les pièces les plus énigmatiques sont les suivantes. Plates au milieu et arrondies sur les côtés, elles sont aussi ensachées et portent trois lettres distinctes. Vite la notice !

Enfin, pour finir ce premier plateau, nous avons quatre pièces en forme de “U” (et qui nous rappellent les dessins présents sur le carton) qui semblent s’assembler. Bleus et rouges, elles sont également en ABS. Elles sont pourvues de nombreux trous de fixation et de nombreuses fentes.

Deuxième plateau

Les autres plateaux inclus dans le carton du InWIn Air Force sont nettement moins fournis. Ils ne comprennent qu’une pièce à la fois.

Et pour celui-ci, nous avons donc le plateau principal qui va accueillir (entre autres) la carte mère. Celle-ci pourra être au format E-ATX, ATX, Micro-ATX, Mini-ITX. Nous l’avons dit, le InWIn Air Force est un boîtier grand moyen-tour et va être assez spacieux. De couleur blanche, ce plateau comporte les ouvertures (accès au dos de la carte mère, passe-câbles) et trous filetés (réception des entretoises) nécessaires à l’installation des composants.

Troisième et quatrième plateau

Le troisième et quatrième plateau accueillent les mêmes pièces.

Ce sont les deux parois en verre trempé qui iront se placer de chaque côté du boîtier. Elles ont deux petites touches de jaune à chaque extrémité et sont en verre légèrement fumé. Les deux parois sont recouvertes d’un plastique adhésif pour éviter les rayures lors des premières manipulations.

Ouf !! Le déballage est fait. Ce coup-ci, c’était une étape assez particulière puisqu’inhabituelle par rapport à un premier contact avec un nouveau boîtier.
Exit la difficile et quelques fois laborieuse sortie du boîtier accusant ses quinze kilos ! Aujourd’hui, on explore, on tâte, on observe les différentes pièces du puzzle, on inspecte et on se demande surtout comment les unes vont pouvoir s’imbriquer dans les autres.
Vite le manuel et un bon tournevis !

L’assemblage

À la manière d’un célèbre marchand de meubles suédois, certaines pièces du InWin Air Force sont estampillées d’indications.
Ainsi, pour monter le cadre du boîtier, il va falloir assembler les quatre morceaux (deux rouges et deux bleus en forme de “U”). Ceux-ci sont marqués d’un “UP” et “DOWN” sur leur emballage. Il va falloir retenir où est le haut et le bas, car il vont recevoir les parois en verre trempé par la suite, et le système de fixation de ces parois se situe en haut.

Le carton contient six petits sachets différents incluant les différentes vis. Elles sont facilement identifiables grâce au manuel. Pour unir chaque morceau du cadre, une vis suffit.

Les deux cadres sont assemblés. C’est rapide.

InWin conseille ensuite d’assembler les deux pièces qui sont l’arrière du boîtier et le plateau central.

Là aussi, les vis sont identifiées et il suffit de trois vis pour l’assemblage. “Vite fait, bien fait” dirait tata Suzanne !

Nous attaquons donc le contour du InWIn Air Force. Le premier morceau (marqué d’un “A” sur son sachet) aperçu au déballage vient se placer en premier. Il s’insère dans un coin du cadre.

Et à la manière d’un jeu de construction, il suffit de placer les morceaux les uns à la suite des autres. Là, il suffira de placer une première paroi filtrée parmi les deux proposées lors du déballage (la jaune ou la blanche).
Les deux pièces (angle et paroi) s’assemblent grâce à deux vis.

Et …. on continue par un autre angle (le “C”)…

… qui sera fixé aux parois par deux vis également.

Enfin, il faudra mettre le dernier angle (le “B”) et la dernière paroi (la seule non filtrée).

Inwin demande ensuite de placer les deux pièces pré assemblées, l’arrière et le plateau central. Ils se fixent, pour le moment, à la dernière paroi posée grâce à deux petites vis…

L’opération la plus délicate de ce montage va consister à retourner l’ensemble afin de se trouver face au dos du plateau central (côté ouverture permettant l’accès à la backplate du ventirad).

Là, il faudra visser le cadre au plateau central à l’aide de dix vis côté intérieur du cadre…

… et douze vis côté extérieur du cadre.

Voici donc notre premier cadre assemblé au plateau central et à l’arrière du boîtier. Ça prend forme et ça ne bouge pas ! Les vis sont assez nombreuses pour que l’ensemble soit déjà solide.

Pour en finir avec notre tournevis bien aimé, il ne reste plus qu’à fixer le deuxième cadre et ceci à l’aide de quatorze vis en tout (douze sur le bord externe du cadre et deux sur la partie arrière du boîtier).

Les deux pieds viennent tout simplement se clipser sous l’ensemble.

La base est là prête à recevoir le reste des accessoires (panneau des E/S, supports à disques durs et parois latérales).

L’installation des derniers accessoires est tout aussi simple. Les deux supports à disques durs se clipsent l’un à l’autre.

Ils viennent ensuite se clipser au fond du boîtier. Tata Suzanne dirait : “Simple comme bonjour !”.

InWin a aussi prévu l’installation du panneau des E/S sans vis. Il vient aussi s’insérer dans l’ouverture prévue à cet effet. C’est tout ! Et ça tient bien également !

De ce panneau des E/S sort un câble qu’il faudra fixer au plateau central pour relier le boîtier à la masse.

Nous disions en tout début d’assemblage qu’il était important de respecter le “UP” et le “DOWN” notés sur les emballages des deux morceaux de cadre, car la partie haute de ces cadres allait recevoir le système de fixation des parois latérales. Nous y sommes ! Ces parois viennent se clipser en haut du cadre et tiennent grâce à des picots montés sur ressorts qui viennent s’insérer dans un système prévu à cet endroit.

La partie basse des parois se logent et s’appuient sur des ouvertures prévues dans le bas des cadres.

Une fois les parois montées, l’assemblage du InWIn Air Force est terminé. À noter, il y a 30 mm d’espace entre la paroi latérale droite et le plateau principal pour le câble management.

Il sera possible de jouer avec les différents éléments et d’obtenir un boîtier à l’aspect original aussi bien au niveau du cadre en mélangeant le rouge et le bleu…

…qu’au niveau de la façade en intervertissant les différentes parois.

Un régal cette étape ! C’est bien la force de ce boîtier que de faire passer un vrai moment ludique à tout bidouilleur de hardware. Le montage n’est pas sans rappeler les heures passées à assembler des Legos dans notre tendre enfance chez tata Suzanne. Les couleurs vives conviendront aux petits et aux grands enfants. Les possibilités et la facilité d’assemblage des différents éléments nous ont fait passer un bon moment.

Mais puisque la vie n’est pas qu’amusement, il est temps de vérifier que ce InWin est capable d’assurer sa fonction première de boîtier, c’est-à-dire accueillir notre configuration de test.

Passons au montage maintenant !

Pour faire notre test, nous avons donc équipé le InWin AIRFORCE de la configuration suivante :

  • ASRock B550 Steel Legend
  • AMD Ryzen 5 3600
  • 16 Go HyperX Fury 3200 MHZ DDR4
  • Sapphire RX 5700 XT Pulse
  • BeQuiet Straight Power 10 600W
  • AMD Wraith Prism

Pour pouvoir déposer notre carte mère, nous devons installer les entretoises fournies (quinze en tout). Cet InWin Air Force est capable d’accueillir des cartes mères au format E-ATX, ATX, Micro-ATX, Mini-ITX.

Notre carte mère au format ATX est à l’aise et semble même un peu ridicule face au peu d’espace occupé dans le boîtier. Le ventirad pourra aller jusqu’à 170 mm de hauteur.

Nous avons suivi les consignes d’InWin concernant l’installation des composants. Nous plaçons donc ensuite notre carte graphique. Là aussi, pas d’encombrement ! Le GPU n’est pas à l’étroit. Le InWin Air Force peut accueillir des cartes d’une longueur de 390 mm maximum.

À l’arrière, notre GPU occupe l’équivalent de deux équerres PCIe. Il ne reste qu’à installer les six autres (fournies avec les accessoires).

Vient ensuite le branchement des câbles du panneau des E/S. Nous avons :

  • Un câble USB 3.0 et un câble USB-C
  • Un câble audio
  • Les câbles HDD et Power Led, et le Power Switch.

Le raccordement est facile, il se fera grâce aux multiples ouvertures faites dans la paroi centrale de la carte mère.

Niveau refroidissement, le spacieux Air Force va pouvoir recevoir en façade les trois ventilateurs de 120 mm fournis.

Le quatrième ventilateur livré avec le boîtier ira en arrière.

Pour pouvoir stocker les photos de vacances chez tata Suzanne, le InWin Air Force a plusieurs supports de stockage.

Les deux principaux supports que nous avons vus lors du déballage du boîtier vont pouvoir recevoir chacun un disque 2,5″ sur le dessus et un disque 3,5″.

En plus, il va être possible d’installer deux disques durs de 2,5″ sur la paroi principale à droite de la carte mère. Ce sont donc en tout quatre disques de 2,5″ et deux de 3,5″ qui vont pouvoir voyager à bord de l’Air Force.

Le système est monté et prêt à passer la batterie de tests. L’alimentation viendra se poser tout en bas à gauche.

Il ne reste plus qu’à poser les deux parois latérales…

…et à allumer les moteurs. L’éclairage se contrôle grâce au petit hub fourni avec les ventilateurs. Voici les différents mods proposés :

Le système de test a été monté avec les accessoires fournis. Cependant, pour exploiter au maximum les possibilités du InWin Air Force, il faut savoir qu’il est aussi possible d’installer un radiateur de 360 mm en façade ou en haut du boîtier.
Bien que ce ne soit pas précisé, il doit aussi être possible d’installer un radiateur de 120 mm en arrière du boîtier puisqu’il accueillera un ventilateur de 120 mm.

Nous avons également installé trois ventilateurs de 120 mm, des InWIn Saturn, en haut du boîtier juste pour le plaisir des yeux  [?]  Rouge ou bleu ! À vous de choisir la couleur que vous préférez le plus.

Protocole de test & résultats

Pour tester ce InWIn Air Force, nous avons mis en place notre protocole habituel, à savoir :

  • La configuration citée ci-avant (boîtier fermé),
  • Burn CPU : OCCT sur l’ensemble des threads sous Cpu Linpak 2019 pendant 30 min,
  • Burn GPU : Fire Strike Stress Test (3DMark) avec 20 passes pour chauffer la carte graphique,
  • CrystalDiskMark 8.0.0 pour mesurer la température du SSD en charge,
  • Rise of the Tomb Raider : 30 minutes de jeu,
  • La carte graphique toujours en mode auto,
  • Meterk MK09 placé à 50 cm du boitier pour mesurer le niveau sonore,
  • Les mesures sont réalisées en 2 situations : au repos et en charge.

Attention ! Nous l’avons remarqué lors de l’assemblage, le InWin Air Force n’est pas un modèle d’herméticité ni d’insonorisation (mais nous l’avons dit ce n’est pas sa vocation première). Il existe un espace de 10 mm environ entre les parois latérales et les cadres de chaque côté du boîtier. Cet espace risque de laisser passer une quantité non négligeable de bruit (au profit de l’entrée d’air pour le refroidissement des composants ou de la sortie d’air chaud ?).

Températures

Suite aux différents tests réalisés, les résultats obtenus sont donc les suivants :

InWin Air Force : Mesure Température ( T ambiante : 19 °C ) Au repos En charge
CPU : Linpack 34 56
GPU : 3Dmark Firestrike Stress test 47 69
SSD : CrystalDiskMark 33 40

Au niveau des températures, avec la vitesse de ventilation réglée en auto et une température ambiante de 19°C, le CPU reste aux alentours de 34°C au repos. Une fois sollicité sous OCCT, le processeur affiche une température maximale de 56°C. En jeu le Ryzen 5 3600 monte à 49°C.

Au repos, la RX 5700 XT, avec son mode semi-passif, tourne à 47°C. Après 20 passes de stress test Firestrike, la température de celle-ci atteint les 69°C. En jeu, la carte ne dépasse pas 60°C après 30 minutes dans Rise of the Tomb Raider.

Le SSD affiche 33°C au repos, et 40°C après un test CrystalDiskMark.

Ce sont de très bons résultats pour ce InWin Air Force. La circulation de l’air est présente, les composants ne souffrent pas et conservent de très bonnes températures en charge. Les températures ne sont plus estivales et cet espace de 10 mm présent entre les parois latérales et les deux cadres du boîtier doit amener une belle quantité d’air frais ou expulser un maximum d’air chaud. Quoi qu’il en soit, ce sont de très bons résultats.

Niveau sonore

Ps : ces résultats peuvent varier selon la configuration.

Pour les mesures de bruit, nous avons donc placé notre Meterk MK09 à 50 cm du boîtier. Au repos, avec la ventilation en mode auto comme indiqué ci-avant le InWin Air Force se fait entendre avec 43,9 dB(a) dans une pièce à vivre classique. En jeu, le niveau monte à 45,3 dB(a) et à 100 % de charge (12v) le niveau grimpe à 46.2 dB(a). 

InWin Air Force : Niveaux sonores en décibels (a)
Au repos En jeu 100% charge
43.9 45.3 46.2

Là encore les résultats sont bons et correspondent au volume sonore dégagé par d’autres boîtiers. Cependant, nous avons eu l’impression d’un son moins étouffé, plus franc et du coup un peu plus présent. La faute là encore à cet espace entre les parois et le cadre et à son défaut d’herméticité dû à son assemblage manuel ? Pour ne pas incriminer le ventirad, nous l’avons stoppé manuellement quelques secondes, le volume sonore provient bien en très grande partie des ventilateurs.
Cependant, et nous le répétons, ce n’est pas la vocation première pour un tel boîtier que de proposer un produit ultra silencieux avec un airflow maîtrisé. La conception de l’InWin Air Force ne peut qu’entrainer des lacunes à ce niveau.
De plus, nous avons refait les tests avec une courbe de ventilation appropriée dans le bios et les nuisances sonores ont nettement diminué.

Conclusion

+ Une étape supplémentaire extrêmement ludique
+ Un design original
+ Quatre ventilateurs fournis
- Une conception qui laisse passer le son et la poussière

VERDICT

Quelle belle aventure que cette découverte de l'InWin Air Force ! Même au plus motivé des testeurs, lorsqu'on a vu de nombreux produits ayant la même fonctionnalité, la même désignation, il devient difficile d'éveiller sa curiosité. Certes, de temps en temps, il y a de bonnes idées qui vont améliorer le produit, le rendre plus agréable ou même plus beau à regarder. Mais au final, ce ne sont que des innovations minimes face au changement radical que nous a amené ce boîtier.

Là, InWin a réussi à émoustiller notre curiosité, à donner un niveau de motivation supplémentaire, et ce, dès le découpage du premier scotch qui relie de bord à bord l'emballage de l'Air Force. Le dépaysement est garanti dès cette étape ! L'assemblage est l'étape qui va donner à l'utilisateur la sensation d'avoir participé à l'élaboration du boîtier. Elle apporte un plus indéniable ! Elle va aussi raviver de vieux souvenir de moment passés à assembler ses jouets type Lego avec ses vives couleurs. Elle va aussi ravir le plus bricolo des fanas du hardware !

Cependant, les plus exigeants pour leurs composants devront passer leur tour. Les résultats des tests sont très bons en termes de refroidissement. Nos composants ont été ravis de séjourner à bord de l'Air Force et sont restés au frais tout au long du voyage. Mais quid du bruit en utilisation normale ? Le peu d'herméticité liée à la conception du boîtier et cet espace entre les parois et le cadre du boîtier laisse passer un son plus franc des ventilateurs. Et pour les maniaques de la poussière, malgré les filtres présents, les composants se saliront plus vite qu'un boîtier fermé.

Mais, et nous l'avons dit à plusieurs reprises, l'efficacité en termes d'insonorisation ne semble pas être la fonctionnalité première du InWin Air Force. L'objectif était ludique et c'est réussi ! Nous avons passé un très bon moment à bord du InWin Air Force et nous recommandons ce boîtier aux amateurs de produit original, coloré et amusant.

Recommended Blogs

Reviews

0
0 Reviews
5
4
3
2
1

We use cookies and other technologies on this website to enhance your user experience.
By clicking any link on this page you are giving your consent to our Cookies Policy and Privacy Policy.

OK, I agree Give me more info